Questo sito utilizza cookie per le proprie funzionalità e per mostrare servizi in linea con le tue preferenze. Continuando a navigare si considera accettato il loro utilizzo. Per non vedere più questo messaggio clicca sulla X.
THE LITTLE WORK OF DIVINE PROVIDENCE PRESENTED BY DON ORIONE (English)

LA PICCOLA OPERA DELLA DIVINA PROVVIDENZA PRESENTATA DA DON ORIONE (Italiano)

DON ORIONE PRÉSENTE LA PETITE ŒUVRE DE LA DIVINE PROVIDENCE (Français)


From the book: DON ORIONE. INTERVISTA VERITA’
by Don Flavio Peloso, Ed. San Paolo, Cinisello Balsamo, Italy, 1997, pp. 112-122." /> Parrocchia Mater Dei
thumb
Autore: Flavio Peloso

THE LITTLE WORK OF DIVINE PROVIDENCE PRESENTED BY DON ORIONE (English)

LA PICCOLA OPERA DELLA DIVINA PROVVIDENZA PRESENTATA DA DON ORIONE (Italiano)

DON ORIONE PRÉSENTE LA PETITE ŒUVRE DE LA DIVINE PROVIDENCE (Français)


From the book: DON ORIONE. INTERVISTA VERITA’
by Don Flavio Peloso, Ed. San Paolo, Cinisello Balsamo, Italy, 1997, pp. 112-122.

THE LITTLE WORK OF DIVINE PROVIDENCE
PRESENTED BY DON ORIONE






Question: Don Orione, you have already told us many things about your life, your ideals and your projects. Around you has grown a spiritual and apostolic movement. To say “Don Orione” today, means not just thinking of you but also the many priests, sisters, hermits, lay people working in various houses and works both throughout Italy and in many parts of the world. Shall we speak about the Little Work of Divine Providence, the name you gave to your foundation?
Answer: The Little Work of Divine Providence wishes, with its various families, to spread the “Sensus Christi” and the spirit of the love of Jesus and of his holy Catholic Church, our Mother, through works of mercy.
It really wants to spread the Gospel and the love of the Pope, “sweet Christ on earth”, among the people, as well as a more lively and greater spirit of fraternal charity among men. It wishes to religiously and socially elevate the working classes, to save them from fatalistic and disinheriting ideologies, to build up and unite the people in Christ.
Its field of work is charity. However, truth and justice are never excluded. Charity is put into practice in truth and justice.


Q.: Right from the start, you called your foundation “Work of Divine Providence”, to which you later added the adjective “Little”. In June 1899 you wrote the “memo on the Society of the Pope”. Tell us about this.
A.: As I said to Don Luigi Gamaleri when I read to him the aim of the Society, the essential element which keeps together all the families which make up the Work of Divine Providence - hermits, workers, adorers, dames, colleges, sisters, priests, etc. - must be this Society.

Q.: However this “Society of the Pope” never came about, but the Little Work of Divine Providence grew up anyway with both a unitary and multiform development. How do you explain this?
A.: Even though it has only one faith, one soul, one heart, one government, it continues to develop various activities according to the many different needs of those it meets. It adapts itself, by the love of Christ, to the several ethnic criteria of the nations to which the hand of God directs it. It is not therefore unilateral, but, so as to sow Christ, faith and civilisation, it creates and promotes diversity in its houses, taking into account, in its apostolate, the experiences and suggestions of the local authorities.

Q.: So, the same principle of development inspired the rise of the various consecrated families.
A.: This Little Work of Divine Providence aims to be like a stream of living, beneficial water, whose canals branch off to irrigate and sow the seed of Christ in the most arid and forgotten strata of society.
It is a new plant, born at the feet of the Church, in the garden which is Italy, not by the work of man, but from the divine breath of the Lord. It is one single plant, but with several branches, all nourished with the same sap, all reaching towards heaven, all flowering with the love of God and of man.


Q.: One single plant with several branches. Looking at the Little Work brings to mind more the untidy but robust intertwined branches of an oak rather than the elegant architecture presented by the branches of the pine. Let’s look at these “branches from a single plant”: the Sons of Divine Providence, priests, brothers and hermits; the Little Missionary Sisters of Charity, active, contemplative and blind Sacramentine; the consecrated lay people and various types of associates.
The Little Work began with you, a clerical student, and with a small group of clerics and priests which you called the “Sons of Divine Providence”.
A.: Making ourselves humble Sons of Divine Providence, we wanted to live a life of faith and charity and make ourselves devotees of the Pope and of that holy Roman Church which alone is mother and teacher of all Churches. We offered our very selves to our holy Mother, the Church and to her Head, the Pope, the one and only Vicar on earth of Jesus Christ.
Priests with an illuminated spirit, of one heart which embraces the apostolic fortress. Priests of action, of prayer, of sacrifice. Priests thirsting for souls, willing to give everything, even themselves, for Christ, for souls, for the Pope!
Let us throw ourselves at the new forms and methods of religious and social action. Let us not be fossilized. Let every initiative be modern in its presentation: it’s enough to be able to sow, it’s enough to plough Jesus Christ into society and to inseminate it with Christ, to give Christ to the people and the people to the Church of Christ.


Q.: You define your Congregation as an “army of charity”.
A.: An army of victims who overcome force; an army of sowers of God, who sow their own lives, so as to sow and plough Jesus the Lord in the hearts of our brothers and of the people; an army which is big, invincible: the army of charity, guided by Christ, by our Lady, by the Pope, by the Bishops!
The army of charity will bring back to parched humanity such a strong and sweet life and light of God that all the world will be restored, and everything renewed in Christ, as St. Paul said.


Q.: The “priests who run”, “the porters of Divine Providence”, “priests of the stole and work”: these and similar phrases circulate. You insisted also on the fact of being “a doctrinal force in the hands of the Church”.
A.: The learning of the priest is the eighth sacrament of the Church, according to St. Francis de Sales. The worst disasters happened in the Church when the holy ark of knowledge went to hands other than those of the Levites. I want more men of prayer than scholars: humble, active men, well crucified in the Lord to serve the Church and souls! This is everything. Souls are saved by holiness, good example and learning.

Q.: Right from the very beginning you started the branch of the “Hermits of Divine Providence” . Where did you get this idea from?
A.: Hermits have always been important in religion. They are a necessary part of the Work of Divine Providence. They live in continuous sacrifice, continuous voices of love for Jesus for the health of the brothers... Today, it seems that the needs of the times require this institution. Society is in danger because gold is an idol which has replaced everything; dishonesty is on the increase, it diminishes intelligence and weakens young people; pride reigns, insubordination, rebellion in the spirit. To keep distant this triple danger, the world needs to see the opposite virtues. So we have the Hermits. What sermons these servants of God are demonstrating with their habits and their lives, every day, and so efficaciously, how different they are from everyone else.

Q.: And something about their specific form of life?
A.: They live withdrawn from the world, concerned only with God through prayer and manual work and penance. Their work itself is a means of sanctification and penance according to the true spirit of Jesus Christ and of our holy Mother the Church.

The great and holy Rule of St. Benedict can be summarized in two words: “laus et labor” which means “prayer and work”. This is the life of the Hermits of Divine Providence. A life founded on faith, humility, prayer, activity, obedience, poverty, candour and integrity in their behaviour concerning mortification, temperance and the most delicate modesty.
In the very heart of the Congregation the Hermits must be like Moses on the mount: with hands raised up in prayer. In that way they offer an admirable contribution of fruitfulness to all the Congregation’s apostolate.


Q.: And then there are the brothers.
A.: Yes, lay or coadjutor brothers who are much needed both in Italy and abroad, in the Missions and in the schools. It is enough that they are healthy and enthusiastic. All those who feel called and strong enough to give me a hand in the Apostolate of charity: everyone can find their own niche, their own place of work.

Q.: How would you describe their spiritual characteristics.
A.: The specific virtues of the brothers must be: devotion, peace of mind, purity of conscience, humility, docility and willingness to work.

Q.: Priests, hermits and brothers: is there a risk of classes or differences being created?
A.: If in the heart of this his Little Work of Divine Providence, the Lord wants that there should be several branches from one single plant, from one single Work, and that some of them should be priests and others not, that is not because he prefers the first to the second, but because the Priests help save souls principally through the ministry of the Sacraments, preaching and other priestly means; while the others sanctify themselves and save others especially by means of prayer which will make the ministry of those who are Priests even more fertile, through the means of humility, sacrifice and corporal work...
Without any distinction, he who, more than the others, has done the holy will of God and kept his obligations and has grown in humility and chastity before God, will receive greater glory in paradise.


Q.: In 1915 the Little Missionary Sisters of Charity were founded. Can you tell us something.
A.: For quite a while a large number of good young women had been waiting to become Sisters... The house of San Bernardino in Tortona was bought by a benefactor and offered to us. It was willingly accepted so that it could become the cradle for the young women as it had been for the Sons of Divine Providence. The aim of the Sisters is the same as ours: ‘devotion to the Holy See’, with the same Constitutions.

Q.: Did you also have in mind any branching out for the Sisters?
A.: God willing, the Institute will spread out. From it, other branches will grow, professing the same, common, fundamental Rule. They will then each develop an adapted Rule, according to the scope and aim Divine Providence indicates for them. Then we will have the “Adorers of the Blessed Sacrament”, the enclosed Sisters, the “Victims of the Sacred Heart”, the sick women who enter and make their profession while remaining sick. You see, the charity of Christ is inexhaustible and never closes the door in the face of anyone.
Those who will be called to be enclosed, to adore our Lord, will help their fellow Sisters with their prayers. God willing, there will be enclosed Sisters, of strict observance. There will be the missionaries who will go to far away places to spread charity, the sweet fragrance of Jesus Christ, to do good, to bring the faith of Jesus Christ.


Q.: What directions have you given them for their lives?
A.: Missionaries of Charity, listen! You are the ones called by the hand of God to spread charity. Leave to the Priests the mission to teach the Faith. Your mission is to make charity known; to bring through your presence the Charity of Jesus Christ.

(Don Orione picks up a letter from the table ready for posting which he opens and reads)
Dear daughters of the Lord, I received today your good letter. I am very happy: you do good work... You spread the Charity of Jesus Christ. With charity, you will please the Lord, you will sanctify yourselves, save souls, earn paradise and God will be always with you. Without charity, even if you do miracles, you will not belong to the Lord, you will be deprived of his true spirit and you will not save yourselves, nor will you save souls. Be nurses, and I am more than happy. You can even be road sweepers, just do works of charity, love the Lord and make him loved by others. I bless you. Serve the Lord in the sick. How happy I will be if I know that you have done so much good work with a humble, self-sacrificing spirit; making yourselves the servants of the sick and daughters of those sick older than you.


Q.: Don Orione, I can see how enthusiastic you become talking about the Sisters...
A.: In Argentina, where the Sisters number less than here, in only a few years of mission work, they have opened kindergartens, they do more than us.
Our Sisters do not have good clothes... This I did on purpose, because women are always a little tempted towards the vanity of this world. But it is a fact that, sometimes, under these rags, souls chosen by God are hidden. There are generous souls, capable of enormous sacrifices, who do a lot of good in the field of charity.
A third of the good Sisters at the Paverano in Genoa became sick through overwork. But we often look down from on high on the Sisters because we have a book under our arm, because we think we know it all, without thinking that they are the ones who keep the house going; that they earn for us, with their prayers and sacrifices, the blessing of God.
I asked for Sisters to go to Indianapolis and immediately received more than 40 volunteers. We have heroines among the Sisters, so the biggest challenge is to restrain them.


Q.: About the blind Sacramentines, I believe that they are the only foundation of contemplative Sisters of this kind...
A.: Some Sisters suggested putting up a grill. They already have one, I answered; let them be seen. Their serenity is a continous apostolate. Our Lord can be loved even by those with eyes and ears closed. They can sacrifice themselves for him, be his brides.
The blind Sacramentines serve Jesus in Sacramento also on behalf of others who are blind. Then God will do as he pleases with his grace. They keep Jesus company.
(After a brief pause) In the evening, when I find I am too tired even to pray, I say: Forgive me, Lord... you know, those daughters pray for me.

Q.: It’s really good, listening to you speak so happily and proudly, like a father about his daughters, even knowing their limits, emphasizing their good points! That way you encourage...
A.: (Interrupting me) We have had the most virtuous confreres. Our Congregation has had its dead, those who have gone before us, the vanguard who fell, the heroes who opened the way, the courageous beginners who mapped out the road, the ranks of those who worked and suffered in the heroic age of the Congregation. Some of these priests gave us a clear example of a holy life, examples of heroic virtues. Who knows whether one day we will welcome some Martyrs! My heart tells me so.

Q.: Do you want to mention any in particular?
A.: Our Don Gaspare Goggi, the first Son of Divine Providence, a radiance of holiness and doctrine. A true servant of God, he loved Our Lady and the Pope very much. The student Giovanni Mussati, the St. Aloysius of the Congregation, model of goodness and spiritual virtue. Then Father Ricardo Gil Barcelon, blameless in life, completely edifying, prompt in obedience, fervent in prayer, steady and simple.
The hermit Brother Romualdo lived as a saint and as a saint fell asleep peacefully in the Lord; he had all the virtues, I think, at a heroic level; he died with baptismal innocence and his life was holy with an uncommon holiness. Then Brother Ave Maria, a blind Hermit of Divine Providence: I wouldn’t be suprised if he did miracles.
Sister Maria Stanislaa: if that Sister hadn’t been in Genoa, I don’t know how we could have carried on, a true saint... With her unselfishness, her holy activities and above all the good example given by her good and holy ways.
Don Giulio Cremaschi, a priest of gold, the novice master, a ‘mother’. Don Carlo Pensa: a son and brother in Christ with my complete trust, a brightly burning lamp.
Lastly, if God were to say to me: ‘I want to give you a successor after your own heart’, I would answer: ‘Lord, you have already given me Don Sterpi’.
We must force ourselves to follow in their footsteps, to follow the example of their lives. They admonish us, me for one, that if we want, we can become saints in the Congregation.



For quotations regarding sources please refer to the book.




LA PICCOLA OPERA DELLA DIVINA PROVVIDENZA
PRESENTATA DA DON ORIONE




Domanda: Don Orione, ha già raccontato tante cose della sua vita, dei suoi ideali, dei suoi progetti. Intorno a lei si è sviluppato un movimento spirituale e apostolico. Dire "Don Orione", oggi, significa certo pensare a lei, persona a tutti nota, ma anche ai tanti preti, suore, eremiti, laici, ad opere e istituzioni presenti in Italia e in numerose nazioni. Vogliamo parlare della Piccola Opera della Divina Provvidenza, come lei ha chiamato l'insieme delle sue fondazioni?
Risposta: La Piccola Opera della Divina Provvidenza intende, con le sue varie famiglie, diffondere il “sensus Christi” e lo spirito di amore di Gesù e della sua santa Chiesa cattolica nostra madre, con l'esercizio delle opere di misericordia.
Suo anelito è la diffusione, tra il popolo, dell'Evangelo e dell'amore al Papa, "dolce Cristo in terra", nonché uno spirito più vivo e più grande di fraterna carità tra gli uomini, rivolto ad elevare, religiosamente e socialmente, le classi dei lavoratori, a salvare da ideologie fatali i diseredati, ad edificare ed unificare i popoli in Cristo. Suo campo è la carità, però, nulla esclude della verità e della giustizia, ma la verità e la giustizia fa nella carità.


D. Fin dall'inizio, lei diede alla sua fondazione il nome di "Opera della Divina Provvidenza", cui poi prepose l'aggettivo "Piccola". Nel giugno 1899 scrisse il "Pro-memoria sulla Compagnia del Papa". Di che si trattava?
R. Anche a Don Luigi Gamaleri ho letto il fine della Compagnia, spiegandogli che questa sarebbe quella Compagnia essenziale che deve avere in mano tutte le altre famiglie religiose che costituiscono l'Opera della Divina Provvidenza, per tenere unito un corpo formato da membra così varie: eremiti lavoratori, adoratori, dame, collegi, suore, preti, ecc.

D. Poi, di fatto, questa "Compagnia del Papa" non fu costituita, ma la Piccola Opera crebbe ugualmente con uno sviluppo unitario e multiforme. Come lo spiega?
R. Pur vivendo un'unica fede, pur avendo un'anima e un cuor solo e unità di governo, essa sviluppa attività molteplici, secondo le svariate necessità degli uomini, ai quali va incontro, adattandosi, per la carità di Cristo, alle diverse esigenze etniche delle nazioni tra cui la mano di Dio la va trapiantando. Essa non è dunque unilaterale, ma, pur di seminare Cristo, la fede e la civiltà, nei solchi più umili e bisognosi dell'umanità, assume forme e metodi differenti, crea e alimenta diversità di istituzioni, valendosi, nel suo apostolato, di tutte le esperienze e dei suggerimenti, che attinge dalle locali autorità.

D. Dunque, il medesimo principio di sviluppo ha ispirato il sorgere delle varie famiglie consacrate.
R. Questa Piccola Opera della Divina Provvidenza vuol essere quasi una corrente di acque vive e benefiche, che dirama i suoi canali ad irrigare e fecondare di Cristo gli strati più aridi e dimenticati.
E' una pianta novella, sorta ai piedi della Chiesa e nel giardino d'Italia, non per opera di uomo, ma da un soffio divino della bontà del Signore. E' pianta unica, ma con diversi rami, vivificati tutti dall'unica linfa, tutti rivolti al cielo, fiorenti d'amore a Dio e agli uomini.


D. Pianta unica, ma con diversi rami. Guardando alla Piccola Opera vien da pensare più al disordinato ma robusto intreccio dei rami di una quercia, piuttosto che all'architettura elegante dei rami di un pino. Vediamoli, dunque, questi "rami di un'unica pianta": i Figli della Divina Provvidenza, sacerdoti, fratelli coadiutori ed eremiti; le Piccole Suore Missionarie della Carità, attive, contemplative e sacramentine cieche; i Laici consacrati e associati di diverso tipo. La Piccola Opera, iniziò con lei, chierico, e con un primo gruppo di chierici e sacerdoti, che denomimò i "Figli della Divina Provvidenza".
R. Facendoci Figli umili della Divina Provvidenza, noi abbiamo inteso vivere una vita di fede e di carità e farci amantissimi del Papa e di quella santa Chiesa romana, che sola è madre e maestra di tutte le Chiese. A questa santa Madre Chiesa e al suo Capo, Vicario unico e solo in terra di Gesù Cristo, al Papa, ci siamo dati per la vita e per la morte.
Sacerdoti di uno spirito illuminato, di un petto che sfidi la fortezza apostolica. Preti di azione, di preghiera, preti di sacrificio. Preti sitibondi di anime, che tutto diano anche se stessi, per Cristo, per le anime e per il Papa!
Gettiamoci alle nuove forme, ai nuovi metodi di azione religiosa e sociale. Non fossilizziamoci. Tutte le iniziative siano in veste moderna: basta riuscire a seminare, basta poter arare Gesù Cristo nella società e fecondarla di Cristo, dare Cristo al popolo e il popolo alla Chiesa di Cristo.


D. Definisce la sua congregazione come "esercito della carità".
R. Un esercito di vittime che vincano la forza; un esercito di seminatori di Dio, che seminano la loro stessa vita, per seminare e arare, nel cuore dei fratelli e del popolo, Gesù, il Signore; un esercito grande, invincibile: l'esercito della carità, guidato da Cristo, dalla Madonna, dal Papa, dai Vescovi!
L'esercito della carità riporterà nelle masse umane disseccate una tale forte e soavissima vita e luce di Dio che tutto il mondo ne sarà ristorato, e ogni cosa sarà restaurata in Cristo, come disse già San Paolo.


D. I "preti che corrono", "i facchini della Divina Provvidenza", "preti di stola e di lavoro": circolano questi e simili epiteti. Lei ha insistito sul fatto di essere anche "una forza dottrinale nelle mani della Chiesa".
R. La scienza del sacerdote è l'ottavo sacramento della Chiesa, diceva già S.Francesco di Sales. E le più grandi sciagure sono venute alla Chiesa quando l'arca santa del sapere s'è trovata in altre mani che quelle dei leviti. Io voglio più uomini di orazione che di dottrina: uomini umili, attivi, e bene crocifissi in Domino a servire la S.Chiesa e le Anime. Amare Dio e la S.Chiesa e salvare le Anime! ecco tutto. Si salvano Anime con la santità, col buon esempio e con la scienza.

D. Fin dagli inizi avviò il ramo degli Eremiti della Divina Provvidenza. Come le venne l'idea?
R. L'eremita fu sempre qualcosa di caro nella religione, è un essere che deve pur vivere nell'Opera della Divina Provvidenza: vivervi quasi sacrificio continuato, continua voce di amore a Gesù per la salute dei fratelli... Oggi, sembra siano anche i bisogni dei tempi che reclamano questa istituzione. La società è in pericolo perché l'oro è un idolo che ormai tiene il luogo di tutto; la disonestà allaga, spegne le intelligenze e infiacchisce la gioventù; regna l'orgoglio, l'insubordinazione, la ribellione negli spiriti. Per allontanare questo triplice pericolo, il mondo ha bisogno di vedersi davanti le virtù opposte. Ebbene, ecco gli Eremiti. Quale predica e quanto efficace non faranno ogni giorno questi servi di Dio, mostrandosi nei loro costumi e nella pratica della vita così diversi dagli altri!

D. E circa la loro specifica forma di vita?
R. Vivono ritirati dal mondo, occupati solo e tutti in Dio nella preghiera e nel lavoro manuale e nella penitenza, facendo del lavoro un mezzo di santificazione e di penitenza secondo il vero spirito di Gesù Cristo e della Chiesa madre nostra.
La grande e santa regola di san Benedetto si compendia in due parole: laus et labor che vuol dire preghiera e lavoro. E questa è la vita degli Eremiti della Divina Provvidenza, vita fondata sulla fede, sulla umiltà, sulla preghiera, sulla operosità, sulla obbedienza, sulla povertà, sul candore e illibatezza della condotta sulla mortificazione e temperanza, sulla più delicata modestia.
In seno alla Congregazione, gli Eremiti devono essere come Mosè sul monte: con le mani alzate in preghiera. In tal modo essi offrono mirabile apporto di fecondità a tutto l'apostolato della Congregazione.


D. E poi ci sono i Fratelli coadiutori.
R. Si, fratelli laici o coadiutori, dei quali abbiamo grande bisogno, tanto in Italia che all'estero, nelle Missioni e nelle Scuole. Basta che siano di buona salute e di buona volontà. Tutti quelli che si sentono chiamati e validi a darmi una mano per esercitare l'Apostolato della Carità: tutti possono trovare la loro nicchia, il loro posto di lavoro.

D. E come descriverebbe la loro fisionomia spirituale?
R. Virtù proprie dei Fratelli coadiutori devono essere: devozione, pace dell'anima, purità di coscienza, umiltà, docilità, operosità.

D. Sacerdoti, fratelli eremiti, fratelli coadiutori: non c'è il rischio che si creino delle classi, differenze?
R. Se il Signore, nel grembo stesso di questa sua Piccola Opera della Divina Provvidenza, ha destinato che vi siano rami diversi di una stessa pianta, di una stessa Opera, e che alcuni siano sacerdoti e altri non lo siano, ciò non ha fatto perché preferisca i primi ai secondi, ma perché i Sacerdoti aiutino a salvare le anime principalmente col ministero dei sacramenti e della predicazione e con altri mezzi propri dei doveri sacerdotali; e gli altri invece attendano alla loro santificazione e alla salvezza del prossimo per mezzo specialmente dell'orazione, che renderà fecondo anche di più il ministero di quelli che sono Sacerdoti: per mezzo dell'umiltà, del sacrificio, del lavoro corporale...
Senza distinzione alcuna, avrà maggior grado di gloria in paradiso, colui che più degli altri avrà fatta la santa volontà di Dio e osservate le proprie obbligazioni e più degli altri avrà camminato in umiltà e castità davanti a Dio.


D. Nel 1915 avvenne la fondazione delle Piccole Suore Missionarie della Carità. Ci dica qualcosa.
R. Da parecchio tempo, parecchie buone figliuole aspettavano per farsi Suore... La casa di San Bernardino di Tortona fu comperata da un benefattore e offerta a noi. Fu accettata volentieri affinché fosse la culla delle figliuole come lo fu dei Figli della Divina Provvidenza. Fine delle Suore è lo stesso nostro: 'attaccamento alla Santa Sede', con le stesse Costituzioni".

D. Anche per le suore lei pensò ad una ramificazione?
R. Se piacerà a Dio, l'Istituto si estenderà; da esso si partiranno altri rami che, professando le stesse regole fondamentali, comuni, avranno poi, ciascuno di essi, regole adatte, secondo quello scopo e quel fine a cui li destinerà la Divina Provvidenza. Così vi saranno le "Adoratrici del SS.mo Sacramento", le Suore di clausura; vi saranno le "Vittime del Sacro Cuore", le ammalate che entreranno e professeranno sempre ammalate. Poiché, vedete, la carità di Cristo è inesauribile e non chiude la porta in faccia a nessuno.
Quelle che saranno chiamate alla clausura, ad adorare Nostro Signore, aiuteranno le compagne con la loro preghiera. Piacendo al Signore, un giorno ci saranno le suore di clausura, di stretta clausura. Vi saranno le missionarie che andranno in paesi lontani a spargere la carità, il buon odore di Gesù Cristo, a fare del bene, a portare la fede di Gesù Cristo.


D. E che tipo di indirizzo di vita ha dato loro?
R. Sentite! O Missionarie della Carità, voi siete quelle suore chiamate dalla mano di Dio a spargere la Carità. La missione di far conoscere la Fede lasciatela ai Sacerdoti: la vostra missione deve essere di far conoscere la Carità, di portare in voi la Carità di Gesù Cristo.
(Don Orione prende dal tavolo una delle lettere pronte per la spedizione, l'apre e legge) Buone figliuole del Signore, ho ricevuto oggi qui la vostra buona lettera. Sono contento: fate del bene... spargete la carità di Gesù Cristo. Con la carità, piacerete al Signore, vi santificherete, salverete le anime, vi guadagnerete il Paradiso e Iddio sarà sempre con voi. Senza carità, se anche faceste dei miracoli, non sareste del Signore, sareste prive del suo vero spirito e non vi salvereste, e non salvereste le anime. Fate pure le infermiere, sono più che contento: fate anche le spazzine della strada, basta fare opere di carità e amare voi il Signore e farlo amare dagli altri. Vi benedico e servite Nostro Signore nei malati. Oh, come sarò contento se saprò che avete fatto tanto bene, con spirito di umiltà, di abnegazione, di sacrificio, facendovi le serve delle malate e come figlie delle malate più vecchie di voi.

D. Don Orione, la vedo infervorato nel parlare delle sue suore...
R. In Argentina, in pochi anni di missione hanno aperto asili, e le Suore sono più poche, ma fanno più di noi.
Le nostre Suore sono mal vestite... Questo, l'ho fatto apposta, giacché la donna è sempre un po' portata verso la vanità di questo mondo. Ma è un fatto che, a volte, sotto questi stracci, si nascondono delle anime elette. Vi sono anime generose, capaci di grandi sacrifici e che operano un grande bene nel campo della carità.
Un terzo di quelle buone Suore del Paverano di Genova si sono ammalate per il troppo lavoro. E noi tante volte guardiamo le Suore dall'alto in basso perché abbiamo un libro sotto il braccio, perché ci sembra di sapere quattro 'cuius', senza pensare che sono loro a mandare avanti la casa; che sono loro, con le loro preghiere e col loro sacrificio, che ci tirano addosso le benedizioni di Dio.
Ho chiesto delle Suore per Indianapolis e subito ho avuto più di 40 domande. Tra le Suore abbiamo delle eroine, per cui il più grande sforzo è tenerle ferme e moderate".


D. Quanto alle Sacramentine cieche, credo che siano l'unica fondazione di suore contemplative del genere...
R. Alcune suore suggerirono di mettere le grate. Ce l'hanno già - risposi; lasciate che le vedano. La loro serenità è un continuo apostolato. Anche con gli occhi e le orecchie chiuse si può amare tanto nostro Signore, sacrificarsi per Lui, ed essere sue spose.
Le Sacramentine cieche serviranno Gesù in Sacramento anche per le altre cieche. Poi si farà quello che Dio vorrà con la sua grazia. Sono quelle che fanno compagnia a Gesù.
(Dopo una breve pausa) Quando, alla sera, mi trovo stanco da non poter più pregare, dico: Signore, perdonami...., tu lo sai, ci sono quelle figliuole che pregano per me.

D. Che bello, ascoltarlo parlare contento e fiero, come un padre presenta i suoi figli e, pur conoscendoli nei limiti, ne mette in rilievo il bene! Così incoraggia...
R. (Interrompendo le mie parole) Noi abbiamo avuto dei confratelli virtuosissimi. La nostra Congregazione ha i suoi morti, quelli che ci hanno preceduto, le avanguardie che caddero, gli eroi che aprirono il varco, i primi arditi che hanno tracciato la strada, la schiera di quelli che hanno lavorato e sofferto nell'epoca eroica della Congregazione. Alcuni di questi sacerdoti ci hanno dato esempi luminosi di vita santa, esempi di virtù eroiche. E chissà che qualche giorno non abbiamo ad accogliere qualche nostro Martire! Il cuore veramente ce lo dice.

D. Ne vuole ricordare qualcuno, in particolare?
R. Il nostro Don Gaspare Goggi, primo Figlio della Divina Provvidenza, splendore di santità e di dottrina. Vero servo di Dio, amò molto la Madonna, il Papa. Il chierico Giovanni Mussati, il San Luigi della Congregazione, modello di bontà e di virtù spirituale. E poi Padre Ricardo Gil Barcelón, di vita illibatissima e a tutti edificante, di obbedienza pronta, fervorosissimo nella preghiera e costante e semplice.
Fra Romualdo visse da santo e da santo si addormentò placidissimamente nel Signore; tutte le virtù ebbe, mi pare, in grado eroico; egli morì con l'innocenza battesimale e la sua vita fu santa di una santità non comune. E poi Frate Ave Maria, Eremita cieco della Divina Provvidenza: non mi meraviglierei che facesse miracoli.
Suor Maria Stanislaa: se non ci fosse quella suora a Genova, una vera santa, non saprei come tirare avanti... per il suo disinteresse, le sue sante industrie e soprattutto per l'edificazione delle sue belle e sante maniere. Don Giulio Cremaschi, un sacerdote d'oro, il maestro dei novizi, una 'mamma'. Don Carlo Pensa: figlio e fratello in Cristo di mia piena fiducia, lampada ardente.
E infine, se Iddio mi dicesse: 'Ti voglio dare un continuatore che sia secondo il tuo cuore', gli risponderei: 'Lasciate, o Signore, perché già me l'avete dato in Don Sterpi'.
Dobbiamo sforzarci di seguire le loro orme, gli esempi della loro vita. Essi ci ammoniscono, e l'ammonimento è rivolto a me per primo, che, se vogliamo, in Congregazione possiamo veramente farci santi".


Non sono riportate le citazioni delle fonti, presenti invece nel libro.



DON ORIONE PRÉSENTE
LA PETITE ŒUVRE DE LA DIVINE PROVIDENCE


Son but spécial
Les grands principes



Extract de L'ESPRIT DE DON ORIONE n.1

1. LA PETITE ŒUVRE DE LA DIVINE PROVIDENCE

C'est une humble Congrégation religieuse, moderne en ses hommes et en ses systèmes, toute et seulement consacrée au bien du peuple et des fils du peuple, confiée à la Divine Providence.
Née pour les pauvres, pour atteindre son but elle plante ses tentes dans les faubourgs les plus miséreux, qui sont en marges des grandes cités industrielles, et elle vit, petite et pauvre parmi les petits et les pauvres fraternisant avec les humbles travailleurs, réconfortée par la bénédiction de l'Eglise, par l'appui efficace des Autorités et par ceux qui sont des esprits ouverts aux temps nouveaux, de cœur grand et généreux. Elle va au peuple, plus que par la parole, avec l'exemple et l'holocauste d'une vie jour et nuit immolée avec le Christ pour l'amour et le salut des frères.
Aussi, vivant d'une unique foi, ayant une seule âme et un seul cœur et un unique gouvernement, elle développe de multiples activités, selon les différentes nécessités des humbles, à la rencontre de qui elle va, s'adaptant par la charité du Christ, aux différentes exigences ethniques des nations parmi lesquelles la main de Dieu la transplante.
Elle n'est donc pas unilatérale, mais pour semer le Christ, la foi et la civilité, dans les sillons plus humbles et nécessiteux de l'humanité, elle assume des formes et des méthodes différentes, crée et alimente diverses institutions, se servant, dans son apostolat, de toutes les expériences et des suggestions, qu'elle puise auprès des Autorités locales.

Son ardent désir est la diffusion au sein du peuple, de l'Evangile et de l'amour au «doux Christ sur terre», ainsi qu'un esprit plus vif et plus grand de charité fraternelle entre les hommes, dans le but d'élever religieusement et socialement les classes des ouvriers, à sauver des idéologies fatales et déshéritées, à édifier et unifier les peuples au Christ.

Son champ d'action est la charité, cependant n'étant pas exclus de la vérité et de la justice, mais la vérité et la justice faite dans la charité. La Petite Œuvre veut servir et servir avec amour: elle, Deo adiuvante(Dieu aidant), se propose de réaliser pratiquement les œuvres de miséricorde pour le soulagement moral et matériel des miséreux.

Sa vie est aimer, prier, éduquer les orphelins et les fils plus abandonnés du peuple à la vertu et au travail; (sa vie) est souffrir et se sacrifier avec le Christ: son privilège est servir le Christ dans les pauvres plus abandonnés et délaissés. Son cris est la «charitas christi urget nos»(nous sommes stimulés par la charité du Christ) de St Paul et son programme est: «Notre charité ne ferme ne ferme pas les portes» de Dante.
Elle pour cela accueille, et embrasse tous ceux qui ont une douleur mais n'ont personne pour leur donner du pain, un toit, un soutient: elle se fait toute à tous pour attirer tous au Christ.
Partout où surgit un palpitement vivifiant de cet amour qui est toujours éveillé et toujours prêt à tous les besoins des frères souffrants, cette Petite Œuvre de la Divine Providence veut être presqu'un courant d'eau vive et bienfaisante, qui répand ses canaux pour irriguer et féconder du Christ les couches les plus arides et oubliées.

Elle est une nouvelle plante, surgit aux pieds de l'Eglise et dans le jardin d'Italie, non par l'œuvre d'un homme, mais bien par un souffle divin de la bonté du Seigneur.
Et, d'année en année, se développant, à la lumière et à la chaleur de Dieu, (grâce) au réconfort de millier et de millier de corps et d'esprit, elle est une plante unique mais avec diverses branches, toutes vivifiées par une unique sève, toutes tournées vers le ciel, florissantes d'amour à Dieu et aux hommes. Celle-là est, peut-être, la plus petite parmi les œuvres de foi et de charité, jaillit du cœur de Jésus, mais elle ne veut être après aucune autre quant à se consumer d'amour au service de l'Eglise, de la patrie et du peuple. Tout nous dit que c'est seulement Dieu qui l'a suscité et l'étend, malgré notre misérabilité à travers des épreuves combien douloureuses et quoique "per ignem et aquam"(par le feu et l'eau), certainement pour nous donner une aide de foi, à nous hommes de peu de foi.

En une époque de positivisme, de convoitises terrestres et d'argent, la Petite Œuvre de la Divine Providence, se propose, donc, la Vierge Céleste auspice, d'essuyer beaucoup de larmes, d'élever les esprits et les cœurs à ce bien qui n'est pas terrestre, qui seulement — lui — peut remplir et satisfaire le cœur de l'homme, et de coopérer modestement, en grande humilité et à genoux aux pieds de Rome, pour maintenir fidèle ou pour reconduire le peuple à l'Eglise et à la patrie, pour sauver les petits, les humbles, les plus marqués ou les frères les plus souffrants au Christ. Laus Deo ! (Dieu soit loué !) (D'un écrit probablement de 1938)- Scr. 61, 217


2. COURRIR A TRAVERS TOUTE LA TERRE

Ce morceau est extrait d'une lettre a don Carlo Perosi, frère du grand musicien don Lorenzo, fameux musicien chantre de la foi.
Affectionné au jeune Fondateur des premiers instituts de Tortona au profit de la jeunesse plus pauvre, don Carlo demande à don Orione quelles sont les finalités plus générales qu'il se propose, dans le but également de pouvoir repondre aux jugements pas tous bienveillants qui commencent à se repandre à travers certains du clergé et des citoyens. Après quelques expressions d'humilité et presque de timidité, don Orione s'ouvre et se confie...


(...) Il me semble que notre Seigneur Jésus Christ est entrain de m'appeller à un état de grande charité, pour cela en certains moments le Seigneur me presse le cœur et alors il faut que je pleure ou rit de grande charité et courre, et c'est une chose qu'on ne peut bien exprimer, mais c'est un feu grand et suave qui a besoin de se dilater et d'enflammer toute la terre.
Cher monsieur don Perosi, pardonez moi si je vous dis cela, je crains même que ce soit de l'orgueil, mais c'est une chose encore bien plus grande que je ne sais vous la dire.
Je sens un grand besoin de me jeter sur le cœur de notre cher Seigneur crucifié et de mourir en l'aimant et en pleurant de charité; et il me semble que notre Seigneur doit être beaucoup en colère contre moi parce que je lui dit toujours que je suis tout à lui et par la suite je ne le suis jamais — pratiquement —. Je sens que je ferais un grand mal si je ne commençais pas tout de suite, et donc j'entend et je veux commencer en ce moment même, pendant que j'écris ce mot, à être tout de Jésus crucifié et à me consumer totalement de charité.
Ce que je vous avant-hier était de pouvoir embrasser toutes les âmes et de les sauver toutes, toutes. Et entre-temps commencer à planter des internats papalins, c'est-à-dire tous de Jésus Christ et sauver et sauver. Je sens que j'ai besoin de courir à travers toute la terre et à travers toutes les mers et il me semble que l'immense charité de notre Seigneur Jésus donnera vie à toutes les terres et à toutes les mers, et tous appelleront Jésus Christ.
A l'ombre de chaque clocher surgirà une école catholique, à l'ombre de chaque croix un hôpital: les monts feront place à la grande charité de Jésus notre Seigneur, et tout sera renouvellé et purifié par Jésus.
(...) Je sens que je ne vous ai encore rien dit de ce que je ressens. J'ai pourtant un grand besoin d'avoir un confesseur qui me comprenne, et je voudrais qu'il ait le cœur grand, grand comme saint François d'Assise ou comme saint Vincent de Paul, et il me semble que ce serait encore peu. Mais peut être que cela est de l'orgueil, alors dites le moi et priez pour moi. don Orione (d'une lettre du 4-IV- 1897) Scr. 115, 142s.


3. LES ÂMES ET LE PAPE...

«Les âmes et le Pape — PRO-MEMOIRE SUR LA COMPAGNIE DU PAPE I.a) Le Pape est la cible principale des ennemies, — et il est le Vicaire de notre Seigneur Jésus Christ, il est le Père de la foi et de nos âmes et il est notre guide infaillible. Pour la défense du Pape, pour la prompte et complète exécution de ses volontés et de ses désirs surgira, s'il plaira ainsi au Seigneur, une nouvelle Congrégation qui aura pour titre : LA COMPAGNIE DU PAPE: avec pour but à longue échéance: la sanctification des membres et de la société; pour but immédiat: la complète exécution du programme pontifical.

Cette finalité propre est sanctionné par un quatrième vœu, mettant ainsi l'Institut et chacun de ses membres à la prompte et absolue obéissance au Pontife, en tout ordre d'idée et de faits, avec tout type d'activité de l'intellect, du cœur et des bras; pour exécuter où, comme, quand et ce qui plaira au Pontife de réaliser de son programme.
Ou en d'autres termes, la Congrégation a pour point de départ: le programme pontifical général (pour l'humanité, le Règne social de Jésus Christ), et le programme pontifical particulier (pour chaque nation, ce programme donné pour les différents besoins des différentes nations). Programme que le Pontife a le droit et la charge de donner, et qui, en ce qui concerne le gouvernement universel de l'Eglise, il tient de l'infaillibilité du pontificat suprême, — programme que de fait le Pape promulgue clairement, précisément et graduellement.

Comme voie intermédiaire: je met avant tout la "voie hiérarchique de l'Eglise". Et puis la Compagnie du Pape, laquelle a pour mission de a) chercher, recueillir, ordonner les documents pontificaux, b) les étudier, c) de les divulguer, d) les mettre en pratique, e) les faire exécuter par les fidèles de toute nation — dans la mesure et la manière désirée et voulue par le Pape.
La finalité: l'exécution du programme de la part des fidèles, guidés par leur propre pasteur, instruis, sollicités, aidés, enthousiasmés par la Compagnie du Pape.

II.a) LA COMPAGNIE DU PAPE trouvera une bien meilleure place parmi les compagnies de l'Eglise; 1°) dans la mesure où elle plaira bien manifestement au Pontife, au total service de qui, elle s'offre —: puisqu'elle doit naître et vivre pour la cause du Pape, 2°) dans la mesure où elle sera bien protégée par les Evêques, dont elle secondera l'action: instrument du vouloir, du désir de l'épiscopat, 3°) dans la mesure où elle sera bien appréciée par les compagnies déjà existante, 4°) dans la mesure où elle sera bien aimée par les fidèles. Ces faveurs, il me pourront naître de la finalité nette et circonscrite de la Compagnie; finalité qui bien définie montrera l'avantage de la nouvelle Congrégation, le respect des précédentes, et l'aide pour les catholiques bien intentionnés de réaliser le programme pontifical.

.b) LA COMPAGNIE DU PAPE, aura une double vie — contemplation et action — retenant cela comme le substrat nécessaire pour (se) compléter efficacement (l'une et) l'autre.
La vie contemplative se déroulera autour de la pratique des trois conseils évangéliques, outre à l'observance des commandements de Dieu et des préceptes de l'Eglise: ensemble à l'union avec Dieu, à la perfection intérieur, aux devoirs de piété et de culte, à la réalisation de toute vertu, et surtout à la prière, à la méditation, à la pénitence de toute façon et spécialement à l'annihilation de la propre volonté.
La vie active consistera en l'exécution du programme pontifical, du quatrième vœu, et de la finalité spécifique et propre de la compagnie. Rendus forts par la grâce de Dieu, entraînés dans la vertu, libres de tout engagement domestique, politique et social, prêts en somme et en esprit et en chair grâce à la vie contemplative (les membres) de la Compagnie ne demanderont à leur Chef suprême, le Pape, que bénédiction et travail, qu'ordres et missions.
Le quatrième vœu se résume en la plus complète adhésion d'esprit, de cœur et d'action au Pontife, et — comme le religieux accompli ses propres devoirs envers Dieu de manière suprêmement plus régulière et précise que le laïc au milieu du monde — ainsi la Compagnie du Pape comme un seul homme, se propose avec le quatrième vœu de s'acquitter plus rigoureusement et de manière bien plus parfaite au devoir, quoique commun à tous les catholiques, d'union, d'amour, filial et de défense du Siège Apostolique; mieux encore, à la volonté du Pape, à la liberté du Pontife Romain et à la réalisation de ses desseins sur l'humanité entière se dédiera et se vouera la Compagnie avec toute son intelligence, avec toutes ses forces dans le saint nom du Seigneur.

III°) L'opportunité qu'il me semble de voir aujourd'hui, d'une Congrégation qui se dédie à la complète exécution du programme pontifical, est valable même pour le futur: soit que le lendemain soit favorable ou non au triomphe de la Papauté, soit que les événements se précipitent ou se succèdent avec lenteur.

a) Si les temps meilleurs mûrissent lentement, c'est-à-dire se déroulent par les crises et par l'évolution, la Compagnie du Pape sera toujours la plus apte, ou parmi les plus aptes à préparer avec calme la nouvelle génération à être plus docile que la précédente à la parole du Pontife, et elle atteindra ce but spécialement en se faisant maîtresse de la jeunesse, depuis les écoles jusqu'aux terrains.

b) Si les temps mûrissent brusquement, par des révolutions ou par des catastrophes sociales, la Compagnie du Pape sera un noyau de personnes préparés aux temps nouveaux.

c) Si demain sera favorable au règne de Jésus Christ et de son vicaire, la Compagnie du Pape sera la tranquille propagatrice de la pacifique et restauratrice parole papale, et veillera à maintenir l'état de paix et de liberté pour l'Eglise.

d) Si le futur sera sombre et il y aura des jours de luttes plus profondes entre les fils de Dieu et les fils des hommes, entre Christ et Satan, entre le Pape et la Maçonnerie, les membres de la Compagnie du Pape — comme je l'espère fermement et comme j'en prie le Seigneur chaque jour — seront toujours à l'avant garde de l'armée pontificale, les pionniers de la liberté papale et pour cela de la liberté chrétienne et vraie au milieu de la société mouvementée et apostate, prêts au besoin à sceller avec le sacrifice de la vie et le sang, l'amour à notre très cher Seigneur Jésus et à son Vicaire sur terre, le Pape.

17 - 18 Juin 1899. Grâce soit rendue à la Très Sainte Vierge Marie. Que Jésus Christ soit loué ! (D.O. II, 477ss.)


5. PREMIERES EBAUCHES SUR LE BUT DE LA PETITE ŒUVRE DE LA DIVINE PROVIDENCE

Le but de notre fraternité est d'aimer Jésus, de le faire connaître et aimer par les frères. Aimer et faire aimer sa sainte Eglise catholique, notre très douce mère, en réalisant le programme papal; spécialement en ce qui concerne la liberté de la sainte Eglise et l'union des Eglises. Jésus a dit qu'il sera là ou deux ou trois en son nom seront réunis.
(Scr.85,21)

Notre but est de concourir directement à mettre le bienheureux Pierre dans la possibilité de faciliter à la sainte Eglise le mandat de récapituler toute chose en Christ et, par le bienheureux Pierre, porter à tous et partout la charité très suave de notre Seigneur Jésus Christ crucifié, et que par elle affluent les gens et que les nations soient rassemblées et rétablissent un juste ordre sur la terre en notre Seigneur Jésus Christ crucifié: récapituler toute chose en Christ...
(Scr.90, 402)

...Les constitutions de l'Institut de la Divine Providence portent directement à l'imitation de la vie de notre Seigneur Jésus Christ crucifié, conforme aux règles de la sainte perfection évangélique, avec la pratique de toute vertu interne et externe, et nous forment au bien par l'oraison et la communion continue avec Dieu, avec l'habit de la charité et l'acquisition de la science. Et à ce gouvernement interne et dans l'ordre externe elles visent — les constitutions — : à faire en sorte que l'Institut seconde l'Œuvre de la Divine Providence et notre sainte religion, en instruisant, formant et guidant chacun selon son propre office, dans la conduite des âmes et des institutions humaines à prendre place dans la sainte Eglise catholique, à se diriger et à se gouverner selon la doctrine et la charité de Jésus Christ crucifié et à vivre de Dieu, dans la pleine subordination et union filiale d'esprit, de cœur et d'action au Vicaire ( du Christ ) sur terre.
(Scr. 90, 434)

Pour atteindre un tel but l'Œuvre de la Divine Providence s'engage avec ses différentes familles à diffuser le sensus Christi (...) et l'esprit et l'amour de Jésus et de sa sainte Eglise catholique notre mère, par l'exercice des œuvres de la miséricorde, spécialement celles qui concernent les pauvres de Jésus Christ, les petits et les vieux, et aussi l'enseignement de la vérité et le soin des frères, qui vivent dans l'ignorance de la foi et dans les erreurs des Eglises séparées (Les) conduire à Jésus Christ, de sorte que les petits, les pauvres et les vieux soient la sollicitude, la délice propre et l'œuvre distinguant l'institut...
(Scr. 104, 37)

« Aimer par conséquent Dieu et de l'amour de Dieu aimer très immensément les pauvres et les petits de Jésus et les affligés par tout mal et douleur, les réconfortant par des œuvres de miséricorde chrétienne; aimer la sainte Eglise catholique, notre mère, et faire connaître, aimer et servir le Pape, notre très doux père, et ainsi, dans l'amour de notre Seigneur et Dieu Jésus Christ, du Pape et des âmes, concourir avec notre petit Institut à récapituler toute chose en Christ, ce qui constitue donc le but principal de notre pauvre et très petite Congrégation ».
(Scr. 76, 156; 77, 232; 112, 41)

« Cette humble Congrégation est pour les pauvres, exclusivement pour les pauvres. Elle voit et sert en eux Jésus Christ notre Seigneur: par la grâce de Dieu, elle se fait un total holocauste dans les mains et aux pieds de l'Eglise, avec un esprit de foi, d'humilité, de grande et très douce charité, préfèrent parmi les pauvres, les plus éloignés de Dieu, les plus nécessiteux d'un réconfort chrétien et de pain. Bien qu'elle entende principalement se consacrer au salut de la jeunesse orpheline et déshéritée, spécialement la plus abandonnée, elle veut toutefois, avec l'aide divin, vivre et se sacrifier pour tous les pauvres de tout âge, de toute nation et religion, sans exception, sains ou malades, et de n'importe quelle maladie ou douleur. Son but est de tenir unis les petits et les humbles travailleurs et ouvriers et fortement les rattacher à la mère Eglise et au Pape, par la diffusion, avec toute forme saine d'activité et de propagande, selon les besoins, les lieux et les temps, la connaissance et l'amour du Pape et de la sainte Eglise, de sorte à être en réalité comme les Jésuites du peuple »
(Scr. 79, 324)

« Quiconque donc voudra suivre vraiment notre Seigneur Jésus Christ et se renier soi-même et porter la croix par amour de Dieu, et servir le seul Seigneur et le Pontife Romain, son Vicaire sur la terre, dans notre Institut, après avoir fait les vœux solennels d'obéissance, de chasteté et de pauvreté, — doit se proposer de faire partie d'une société principalement instituée pour se fatiguer et se sacrifier avec toute sorte d'œuvre de miséricorde spirituelle et corporelle à accomplir la volonté de Dieu dans la volonté du Pape et à répandre et à faire croître l'amour de Dieu et du Pape dans le cœur des pauvres, des petits et des affligés... Les constitutions de notre Institut de la Divine Providence visent à seconder l'Œuvre de la Divine Providence et de l'Eglise dans la conduite des âmes et des institutions humaines à prendre place dans notre sainte Eglise »
(Scr. 79, 284)

Si aimer Jésus Christ et renouveler tout homme et tous les hommes par l'unité de la foi, de l'espérance et de la charité — sans distinction ni de grec ni de barbare — est le but de l'Eglise catholique notre très vénérée et très sainte mère, cela est également le but que, dans sa très minime petitesse, prostrée humblement en adoration aux pieds du cœur adorable de Jésus dans le Très Saint Sacrement, se propose notre Institut d'aimer Dieu et de le faire connaître et aimer par toute sorte d'œuvre de miséricorde: aimer et servir sa sainte Eglise catholique et faire connaître, aimer et servir le Vicaire de Dieu sur terre; le Pape notre très saint père et, comme l'Eglise embrasse la vie contemplative et la vie active, toutes les sciences et toutes les bonnes œuvres, ainsi elle les embrasse... Nous sommes tous frères, fils de Dieu, nous avons une même foi, une même espérance qui est au ciel, une même charité, qui est amour à tous, amour de l'ordre, amour de la paix, amour du salut de la patrie, amour de Dieu, amour du Pape et de la papauté, première gloire et de l'évêque, un même drapeau, la croix de Jésus Christ...
(Scr. 69, 285)

« (2 Art. 2) Quant à la finalité, nous sommes trop dans une époque de transformation pour nous lier à une ou deux œuvres. 2. Quant à tout autre finalité, don Orione se tient libre: il donnera la préférence aux œuvres en faveur du clergé séculier et régulier et aux Exercices spirituels, également pour n'importe quelle œuvre de bien et de préférence en faveur de civils, mais il désire être libre même pour n'importe quelle œuvre de bien. Nous sommes dans une époque de bouleversantes transformation, par conséquent, il ne retient pas opportun de devoir se fixer, nous fossiliser dans une œuvre, de nous lier à une ou deux œuvres » (Scr. 100, 72).
« L'Œuvre de la Divine Providence; proclamer contre le matérialisme historique: Tua providentia omnia gubernat; la providence divine est la continuelle création des choses...»
(Scr. 68, 418)

Pour cela rien ne tient plus à cœur aux membres de la Congrégation que de devenir chaque et à chaque instant presque des holocaustes vivants de révérence, d'obéissance aveugle et de très tendre amour à l'Eglise et au doux Christ sur terre, qui est le Pontife Romain, le Pape. Bien qu'étant peu, petits et faibles, personne ne devra jamais nous vaincre dans le travail et le sacrifice dans la diffusion et l'enracinement dans les cœurs de l'amour au Vicaire de Jésus Christ, bien que soit acharné la guerre contre lui...
Et ainsi également prieront et, quand cela plaira au Seigneur, ils travailleront, et que Dieu les rende dignes de donner la vie pour répandre son Evangile et son Règne, et l'amour du Pape parmi les infidèles et non-civilisés, de sorte à retourner à l'unité primitive de l'Eglise. Toute notre vie et toutes nos actions doivent attester que nous sommes de vrais fils de l'Eglise...
(Scr. 110, 97 ; Cf. également Scr. 69, 259; 75, 143; 54, 58)

... La nôtre ne sera jamais une action de censure des habitudes du clergé; — la médisance serait avidement écoutée, mais elle ne changera ni nous ni les frères —. Le jugement pondéré dans l'imagination, la pureté du cœur (d'intention), l'énergie dans l'action, papalins dans les principes, intransigeance papale. Unité de commandement: — le Pape ! — vigilant, actif, indomptable, fondés sur le droit que a Christ sur les peuples... A la force prévaut la force spirituelle de la foi et de l'amour chrétien. En tout acte nous nous proposons non l'orgueil mais le salut des âmes. Mettre (l'Eglise) au dessus des rois et gouvernants, afin qu'elle puisse mieux corriger les abus et donner la foi et la paix au monde.
(Scr. 110, 235)

(Appelés) à nous sanctifier selon la doctrine et la charité de Jésus Christ crucifié dans la pleine subordination et union filiale d'esprit, de cœur et d'actions au Vicaire sur terre de notre Seigneur, qui est le Pape, concourant à réaliser dans les pays catholiques, la complète exécution du programme papal et en prêchant le saint Evangile à tous les hommes, selon le mandat de Jésus Christ aux Apôtres (Mc 16, 16) dans les pays catholiques, consacrant de manière très particulière dans le même temps, à obtenir l'union des Eglises séparées par tout genre d'étude et de sacrifice de charité.
(Scr. 52, 10; 112, 41 ; D. O. III, 409 – 411)


9. FILS DU PAPE

En un premier temps, le nom de notre Congrégation devrait être: LES FILS DU PAPE; ce fût Pie X qui pour ne pas éveiller des appréhensions, suggéra le nom que nous portons... Nous, à travers les débris de la société, nous cherchons à éviter que ne se rompe l'union, l'amour au Pape, mais plutôt qu'elle se renforce. Celui — des débris — doit être notre fil conducteur. Nous vivons en une époque dans laquelle l'autorité des évêques est minimisée. Nous devons chercher de nous attacher plus fortement à ceux-ci, en union et sainte obéissance au Pape...
(D'une note de don C. Garbarino ; D. O. II, .479)


10. JESUS, LES AMES ET LE PAPE !

Jésus, les Ames et le Pape ! Vivre et mourir pour Jésus; vivre et se sacrifier pour le salut de notre âme et celle d'autrui: vivre et succomber en héros pour les saintes raisons du Pape, qui s'identifient avec les saints droits du Christ. Voici le programme des saints; faisons le nôtre. En avant, ô frères, l'avenir est assurément du catholicisme. Les diadèmes superbes se brisent et l'ombre des reniants disparaît de la scène du monde: seul le Pape reste immobile sur l'immobilité de la foi de Pierre et de son trône, défiant les siècles, surgit éternellement sur la tombe de ses persécuteurs.
L'infamie de la croix et la volonté du Pape seront toujours la plus splendide de nos gloires; nous serons intransigeants et papalins; nous serons Jésuites jusqu'à mort; sans nous occupés ni de gouvernements ni de couronnés. La marche triomphale des intrépides champions de Dieu ne s'arrêtera, jusqu'à ce que l'étendard du Christ, flottant au Capitole, salue libre et indépendant le souverain plus majestueux de l'Univers: le Pape, le Pape Roi. Ton frère In Corde Jesu, Louis de J. P. A. (Jésus, le Pape, les Ames)
(D'une lettre du 28 - 1 - 1812 à don V. Guido ; Scr. 35, 25. D. O. I, 612)


11. LE PLAN DE L'ŒUVRE

Plan de l’ŒUVRE- texte très important - présenté a Mgr. Igino Bandi (Tortona) por l’approvation de la Congrégation
+ J. P. A. M. — Instaurare omnia in Christo !
Mon très vénérable père en Jésus Christ crucifié notre Seigneur et en la très sainte Vierge, prostré à vos pieds, comme à un père dans le Seigneur et pasteur très doux de mon âme et des âmes de tant d'autres qui travaillent avec moi en cette très petite Œuvre de la Divine Providence: après avoir prié notre Seigneur et invoqué avec tout le cœur de fils la très sainte Vierge immaculée, Mère bonne de la Divine Providence, Mère de miséricorde, Mère et patronne de tous et de toute chose qui est nôtre; invoqué le glorieux saint Joseph, époux très pur de Marie, vierge et patronne universelle de la sainte Eglise catholique; l'archange Michel, le grand saint Jean Baptiste et nos saints protecteurs, les bienheureux Apôtres Pierre et Paul, Jean et les autres bienheureux Apôtres; les saints évêques de Tortona Martien et Innocent et tous les autres , mes très saints et saintes protecteurs et protectrices de l'Œuvre, ainsi que les vénérables Joseph Benoît Cottolengo et Jean marie Vianney, curé d'Ars: les saints, les bienheureux et les serviteurs de Dieu de votre sainte Eglise de Tortona et ceux dont les saints ossements reposent dans les églises et dans les terres du diocèse; les anges et les saints protecteurs des diocèses dans lesquels il y a des maisons de l'Œuvre de la Divine Providence: conforté suprêmement de la paternelle bénédiction que, dans votre vénérable lettre du 28 Janvier dernier, vous avez donné à l'Œuvre « pour qu'elle prospère, se propage pour le bien des âmes et pour la plus grande gloire de Dieu », je supplie humblement en la charité du très saint cœur de Jésus que vous daigniez, ô mon très vénérable père, émettre le décret d'approbation à l'Institut dit "L'Œuvre de la Divine Providence", surgit tout d'abord dans le diocèse avec votre bénédiction et à vos pieds.

Une telle grâce, comme une très spécial faveur de Dieu, par l'intercession de la très sainte Vierge immaculée, Mère de cette Œuvre, avec l'aide des anges et de nos saints protecteurs, et comme le plus grand gage de votre affection de père, humblement et instamment j'implore:
1°) pour être plus attaché à vous, mon très vénérable évêque et père en Jésus Christ crucifié notre Seigneur, et par vous au saint Père;
2°) pour mieux régulariser, dans l'esprit et les intentions de la sainte Eglise, la position de l'Institut — déjà répandu en divers diocèse par les désirs et les demandes des évêques avec diverses maisons, parmi lesquelles, deux ouvertes sur la terre du bienheureux Pierre, par une faculté obtenu ex audientia sanctissimi —, prospère mieux chaque jour selon votre parole et la volonté que m'a exprimé plusieurs fois le saint Père et, recueillant toujours des fruits plus copieux, puisse avec la divine grâce, s'étendre pour le bien des âmes et pour la plus grande gloire de Dieu, même à d'autres pays, si tel est dans les desseins de la Divine Providence;
3°) pour décharger ma conscience en ce qui concerne les vocations que notre Seigneur pourra se daigner de susciter.

Le programme de l'Institut est celui qui a été présenté humblement à votre Excellence en 1899, et les principes fondamentaux constitutifs sont les mêmes présentés en la fête de la très sainte Vierge immaculée le 8 Décembre de l'année sainte 1900, et qui est ici brièvement résumé, après les avoir exposé et humblement présenté à notre saint Père Léon XIII à l'audience privée du 10 Janvier de l'année dernière, et en ayant eu des paroles d'ineffable réconfort, et ample approbation et bénédiction, dernièrement confirmées par une lettre du Cardinal Rampolla à la récente date du 26 Décembre 1902.

1.) L'œuvre de la Divine Providence, au cours des siècles précédents la naissance de notre Seigneur Jésus Christ , était coordonnée à disposer l'humanité à recevoir Jésus Christ Rédempteur; et après la venue de notre Seigneur, au cours des siècles durant lesquels la sainte Eglise milite sur terre, l'œuvre de la Divine Providence consiste à Instaurare omnia in Christo: illuminer c'est-à-dire à sanctifier les âmes dans la connaissance et dans la charité de Dieu, et instaurer successivement toutes les institutions et toutes les choses, même appartenant à la société externe des hommes, en notre Seigneur Jésus Christ crucifié, le faisant entrer dans l'esprit et dans la vie du catholicisme, pour qu'ils aient à porter un ordre parfait dans la société humaine et réussir à la gloire divine, en réunissant toute l'humanité en un seul corps, la sainte Eglise catholique — constitué par notre Seigneur Jésus Christ sous la divine puissance des évêques, en union et dépendance avec la divine et suprême puissance apostolique du bienheureux Pierre, qui est le Pontife Romain —, pour que justement de toutes les créatures humaines et les humaines institutions, il en soit fait un seul bercail, sous la conduite d'un seul pasteur: "Ut fiat unum et unus pastor".

2.) Et parce que notre Seigneur Jésus Christ désigna vraiment en la personne du bienheureux apôtre Pierre, qui devait se faire serviteur des serviteurs de Dieu, et fonda sur lui son Eglise, et à lui confia la charge de l'unité du gouvernement visible (de sorte) qu'il rapproche toujours plus les hommes à Dieu et, par l'assistance du Saint Esprit, donna par lui à ses successeurs jusqu'à la fin des siècles les paroles infaillibles de vie éternelle, afin d'atteindre le but de la Rédemption, qui est de renouveler en Jésus Christ: "Instaurare omnia in Christo", notre très petit Institut qui, par la bonté du Seigneur, surgit sous la dénomination de Œuvre de la Divine Providence, reconnaissant dans le Pontife Romain, le pivot de l'œuvre de la Divine Providence dans le monde entier, parce qu'en lui, il — notre Institut — vénère le successeur du bienheureux Pierre, le Vicaire sur terre de notre Seigneur Jésus Christ, il a pour but particulier:

3.) d' "accomplir, avec la grâce divine, la volonté de Dieu en la volonté du bienheureux Pierre, le Pontife Romain, et chercher la plus grande gloire de Dieu en veillant à la perfection de ses membres, et s'employer, par toute sorte d'œuvre de miséricorde, à répandre et faire croître dans le peuple chrétien — et spécialement en évangélisant les pauvres, les petits et les affligés de tout mal et douleur — un amour très doux au Vicaire sur terre de notre Seigneur Jésus Christ qui est le Pontife Romain, successeur du bienheureux apôtre Pierre, avec l'intention de concourir à renforcer au sein de la sainte Eglise, l'unité des fils avec le père et, à l'extérieur à rétablir l'unité rompue avec le père".

La part plus amplement active est: — pour une action interne à la sainte Eglise: œuvrer à éliminer la confusion des idées et, avec les œuvres de miséricorde, raviver, resserrer et maintenir l'unité des fidèles avec le bienheureux Pierre, imprégnant en premier d'un rigoureux et laborieux amour au saint père:
a) l'éducation de la jeunesse de l'école aux terrains;
b) l'évangélisation des humbles, selon les principes sociaux chrétiens;
c) les affligés de tout maux et douleurs, et toute sorte d'institution en faveur du peuple.
De sorte que notre Seigneur Jésus Christ entre par son Vicaire en tous les cœurs, et spécialement dans le cœur de ceux que le divin maître a démontré de tant aimer — les petits d'âge et de condition —, qui ont tant besoin du réconfort de le connaître et de le suivre par delà tous; et par ceux-ci, entre dans toutes les manifestations de ce que le chrétien — et comme individu, et comme peuple — pense, veux et agit.

Par volonté expresse du Saint Père, ensuite, il est le propre de cet Institut d'aider, dans sa petitesse, l'œuvre de la Divine Providence par la fatigue et le sacrifice à éliminer la confusion des tabernacles, et à faire retourner à la pleine dépendance et unité avec le bienheureux Pierre, les Eglises séparées: — de sorte que par l'unité avec le bienheureux Pierre, qui est le Pontife Romain, et par la réalisation de ses volontés — c'est-à-dire de ce qui pour tout et pour beaucoup d'états rime avec le nom de programme papal —, arrive à tous et partout la charité très suave du très saint cœur de Jésus, et par elle, les gens et les nations et les nations établissent une juste organisation sur la terre, et vivent et prospèrent en notre Seigneur Jésus Christ crucifié: "Instaurare omnia in Christo".

4.) Le but — unir au Pape pour Instaurare omnia in Christo —, qui est le propre de notre vocation, pose l'œuvre de la Divine Providence et chaque membre à la prompte et absolue obéissance du Vicaire de notre Seigneur Jésus Christ, le Pontife Romain — père, pasteur et maître suprême, universel et infaillible de l'unique, vraie, sainte, catholique et apostolique Eglise de Dieu —, pour exécuter, toujours avec la divine grâce, et selon les ordres et les désirs qu'il se daignera de manifester au supérieur de l'Institut, en quelque partie que ce soit du monde, en tout ordre d'idées et de faits, par toute sorte d'activité et de sacrifice des biens, de l'intellect, du cœur et de la vie, tout ce qu'à lui, évêque et Pape de la sainte Eglise catholique et de toutes les âmes, il plaira de commander, ou montrera de désirer, à la plus grande gloire et dilatation du règne de Dieu, et pour le bien des âmes et des peuples.

5.) Pour cela, en premier lieu, enflammer de très grand et filial amour au Vicaire sur terre de notre seigneur Jésus Christ , l'Œuvre de la Divine Providence jouit de s'obliger par un lien spécial à la chaire du bienheureux Pierre, prête à se rendre partout où il plaira au saint père de l'envoyer.

6.) Elle va en outre glorieuse de pouvoir prêter toute action et service aux évêques, ceux que l'Esprit Saint a mis pour gouverner l'Eglise de Dieu.

7.) Les frères de cette Congrégation sont distingués en deux classes: celle des laïcs et celle des prêtres. Les frères laïcs seront appelés avec le simple titre de frères, les prêtres avec le titre de coadjuteurs de l'Œuvre de la Divine Providence. Les membres de l'Œuvre, après un temps convenable de noviciat — lequel, selon les normes données par la sacrée congrégation des évêques et réguliers, doit durer pas moins d'une année —, seront admis aux vœux temporaires annuels de chasteté, de pauvreté et d'obéissance pour un triennat entier, après lequel ils pourront faire les vœux perpétuels; et seulement après ceux-ci recevoir l'ordre du sous-diaconat, si rien ne l'empêche. Ces prêtres qui après avoir émis les vœux perpétuels comme ci-dessus indiqué s'ils seront jugés dignes par le supérieur, pourront faire partie d'une section spéciale ayant obligation spéciale sans vœu cependant , de servir en tout et pour tout le Pontife Romain, et étant comme serviteur jusqu'à la mort et fils du Pape. Ceux-ci doivent avoir fait un sacrifice continue et total d'eux-mêmes à la volonté du supérieur: ils ne vivent que pour la sainte Eglise, toujours prêts pour elle à mourir.

Ce sont là les grands principes de l' "Œuvre de la Divine Providence", et ici il me semble bien dans le Seigneur de déclarer qu'excepté le vœu par lequel l'Œuvre est liée au souverain pontife, et les trois autres vœux essentiels de chasteté, de pauvreté et d'obéissance, si dans la règle ou en quelque ordre de la vie de l'Œuvre il y a ou il y aurait dans le futur quelque chose qui ait raison de précepte positif et qui ne soit pas déjà comprise dans la loi de Dieu, elle ne peut induire à une obligation aucune sous peine de péché mortel ou véniel, si le supérieur ne le commande pas au nom de notre Seigneur Jésus Christ ou en vertu de l'obéissance. Cependant, quoique l'Œuvre de la Divine Providence désire, et avec elle chacun de ses membres doit le désirer, que sa règle et l'ordre de la vie soit observé en tout selon le propre de l'Institut, sans manquer en rien; toutefois, je désire plutôt qu'au lieu de la crainte de l'offense, soit éperonné à cette pleine observance l'amour et le désir de toute perfection, de manière à ce que chacun avec une grande liberté de conscience fasse trésor de la grâce qu'il a reçu du Seigneur son Dieu, et avec l'aide de la très sainte Marie immaculée, mère de l'Œuvre, "avec un cœur pur, une bonne conscience et une foi non feinte" (1Tm., 1), œuvre à cette charité immense qui est le lien de toute perfection, et but de la loi toute entière, pour la plus grande gloire et louange de Jésus Christ , notre créateur et Seigneur et pour l'exaltation de la sainte mère Eglise . Amen.

Pardonnez, ô mon très vénérable et très doux père dans le Seigneur, ma liberté, si ici encore, avant de finir, je vous prie humblement et, prostré à vos pieds, je vous supplie d'approuver ce très petit Institut duquel, par la grâce de Dieu, il me semble que pourra provenir un grand bien pour l'Eglise. N'ayez pas peur et bien au contraire réconfortez vous en votre cœur, ô mon bon père: vous verrez que cette Congrégation débutante, parce que toute vouée au saint père et à la sainte Eglise, germera continuellement sur le Calvaire entre Jésus Christ crucifié et la très sainte Marie affligée; — et en un Institut, qui naît pour rester résolument sur le Calvaire, il y a toujours de quoi se réconforter. L'être sur le Calvaire servira à l'Œuvre à ne pas la faire perdre l'esprit d'où elle est née, à ne pas oublier que Jésus ne souffre pas seul sur le Calvaire, et à faire croître en elle cette charité du très sacré cœur de Jésus qui voudrait très suavement étreint tous les hommes en un seul corps, quelques soient leurs différences de toutes sortes.

Ce n'est pas parce que je n'ai pas pleine confiance en vous et que ne vous aime pas très tendrement dans le Seigneur que j'ai mis du tant d'années avant de vous faire cette demande; mais, c'est parce que j'avais je n'avais pas confiance en moi même, et aussi parce que se voulant une chose toute du saint père, il me semblait mieux il était tout à fait nécessaire d'interpeller et connaître en la matière le jugement du saint père lui-même. Et c'est en priant que la grande Providence de ce Dieu, qui facit mirabilia magna solus (celui qui seul fait de grandes choses admirables), m'a conduit aux pieds du bienheureux Pierre, et répandre l'Œuvre sur ses propres biens. Je craint encore maintenant, mais je m'attache à vous et au bienheureux apôtre Pierre, qui m'a bénis et, avec l'aide de la très sainte Vierge, j'ai confiance que notre Seigneur Jésus Christ, qui a commencé l'œuvre, Lui la perfectionnera.

Au saint père, qui me disait d'emmener le plan de l'Institut à la sacré congrégation des évêques et réguliers, j'ai humblement répondu que j'étais allé seulement pour le consulter, mais que je serais venus chez vous qui êtes mon évêque; — et chez vous, je viens aujourd'hui, fête de l'apparition de la très sainte Marie immaculée, et pleinement confiant en vous mon père, je me mets à vos bénis pieds: qu'il soit fait de moi et de tous qui sont avec moi selon votre parole !
Et pourtant très heureux dans le Seigneur de toute disposition contraire, permettez-moi toutefois, de tout cœur en pauvre fils dans le Seigneur, de vous prier de daigner — et pour l'amour que vous avez pour la très sainte Vierge, Mère de cette Œuvre et pour l'amour que vous avez pour le Pape — approuver et bénir, par une approbation et une bénédiction grande grande grande, cet Institut de la Divine Providence, qui priera toujours pour vous, qui est né à vos pieds, qui est de votre esprit, qui vous est et sera toujours débiteur, et qui vous aura comme père, et sera l'œuvre la plus belle, avec la grâce du Seigneur de votre épiscopat.

Je confie cette demande à la très sainte Vierge immaculée, et je prie tous mes très chers saints protecteurs et les âmes du Purgatoire de l'accompagner. Je me mets à genoux à vos pieds avec tous les miens: pour moi et pour tous je vous demande pardon de toute chose: benissez-nous vraiment de tout votre cœur: — fiat voluntas tua, et sit nomen Domini benedictum nunc et semper et semper et semper ! (qu'en votre volonté, et dans le nom du Seigneur bénissez nous maintenant et toujours et toujours et toujours) — Amen ! Tortona, 11 février 1903, fête de l'apparition de la très sainte Vierge immaculée.
( Lettre du 11- 02 - 1903 à mgr. Bandi; D. O. III, 410 ss.; cf. L I, 11-22)

Lascia un commento
Code Image - Please contact webmaster if you have problems seeing this image code  Refresh Ricarica immagine

Salva il commento